Le coup de foudre à la plage oui, les coups de soleil non !

A la veille du 15 août, l’heure est pour beaucoup au farniente, aux baignades et au beau temps !

Mais attention, même si le soleil réchauffe les cœurs, il peut également réchauffer les peaux ! Un après-midi à la plage, à la montagne, à la terrasse d’un café, bref une exposition prolongée (ou pas d’ailleurs) au soleil, peut s’avérer risquée.

C’est pourquoi les produits solaires doivent être un indispensable de la valise et un incontournable des vacances ou ponts réussis (un petit chapeau et des lunettes de soleil n’étant pas de trop).

Qu’est-ce qu’un produit solaire ?

Selon la Recommandation de la Commission Européenne du 22 septembre 2006 relative aux produits de protection solaire et aux allégations des fabricants quant à leur efficacité, il s’agit d’un produit cosmétique, c’est-à-dire « une substance ou un mélange destiné à être mis en contact avec les parties superficielles du corps humain (épiderme, systèmes pileux et capillaire, ongles, lèvres et organes génitaux externes) ou avec les dents et les muqueuses buccales en vue, exclusivement ou principalement, de les nettoyer, de les parfumer, d’en modifier l’aspect, de les protéger, de les maintenir en bon état ou de corriger les odeurs corporelles »[1].

Ils peuvent prendre la forme, aussi bien de crèmes, que d’huiles, de gels ou d’aérosols.

Ils offriront bien évidemment une meilleure protection contre les rayonnements ultraviolets du soleil (UVA et UVB) s’ils sont appliqués conformément aux instructions indiquées sur les emballages.

Mais attention toutefois, mettre de la crème solaire ne nous rend pas invincibles !

Les bons élèves feront donc attention à la durée d’exposition ou même aux horaires !

Comme l’explique la DGCCRF, dans son Guide 2019 des vacances d’été, « le bronzage est une réaction de défense de la peau, qui oppose un filtre à la pénétration du rayonnement solaire. Mais ce filtre n’a pas une capacité illimitée. Le rayonnement solaire est composé, entre autres, de rayons ultraviolets B (rayons UVB) et de rayons ultraviolets A (rayons UVA). Les « coups de soleil » sont principalement causés par les rayons UVB. Les rayons UVA sont, quant à eux, responsables du vieillissement prématuré de la peau. Bien que les rayons UVB constituent le facteur principal des cancers de la peau, les rayons UVA jouent un rôle non négligeable dans leur apparition. »

Attention aux fausses promesses !

Des allégations telles que « Ecran total » ou « Protection totale » ne doivent plus être utilisées : en effet, aucun produit solaire n’offre une protection à 100 % contre les rayonnements ultraviolets.

De la même manière, des formulations telles que « Prévention durant toute la journée » sont à proscrire. Le consommateur ne doit pas croire qu’il n’a pas besoin de renouveler l’application du produit solaire au cours de la journée.

Et en publicité ?

En publicité, quel que soit le support, la Recommandation « Produits cosmétiques » de l’ARPP s’applique, et plus spécifiquement le point 3.3 relatif aux Produits de protection solaire.

Cette disposition renvoie, dans un premier temps, à la Recommandation de la Commission Européenne du 22 septembre 2006.

Elle préconise, par ailleurs, l’apposition, sur les supports publicitaires, de trois notions suivantes :

  • Ne restez pas trop longtemps au soleil, même si vous utilisez un produit de protection solaire”.
  • N’exposez pas les bébés et les jeunes enfants directement au soleil”.
  • La surexposition au soleil est une menace sérieuse pour la santé”.

Une grande liberté est toutefois laissée aux marques puisque chaque entreprise peut choisir le support qu’elle juge le plus approprié pour indiquer ces notions. Elle est, en outre, libre de la formulation, tant que l’idée est assez compréhensible pour les consommateurs.

Vous l’aurez compris, choisir sa protection solaire nécessite un peu de vigilance et de rigueur. Mais votre santé vous dira merci et votre peau n’en sera qu’embellie.

Sur ces recommandations, l’ARPP vous souhaite de belles vacances si vous êtes aoûtiens, et une douce rentrée si les vacances sont déjà terminées, ou tout simplement un bon repos durant ce pont de l’Assomption !

[1] Définition issue de l’article 2 du Règlement CE n° 1223/2009 du Parlement Européen et du Conseil du 30 novembre 2009 relatifs aux produits cosmétiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *