Sciences occultes : gare aux promesses !

Durant les périodes de crise, le monde est mis entre parenthèse, la vie des Terriens est modifiée, le retour à la vie « normale » incertain.

Cette sensation d’impuissance et d’incompréhension peut avoir des impacts négatifs sur le mental des troupes : le moral peut être en baisse, la motivation et le dynamisme également. Par ailleurs, les mesures de confinement peuvent paraître contraignantes pour certains et rappeler des inégalités déjà présentes auparavant, notamment pour les personnes isolées, fragiles, en situation précaire.

Et c’est souvent dans ces moments-là que nous retrouvons des communications promettant des solutions à tous les problèmes ou prédisant un avenir radieux. Or, le risque concerne les personnes les plus vulnérables qui pourraient prendre au pied de la lettre les miracles annoncés dans le but de s’évader de leur quotidien morose.

Sur quoi sont basées ces communications ?

Ces publicités font souvent appel aux sciences occultes. De quoi s’agit-il ? D’un ensemble de doctrines et de pratiques faisant intervenir des forces mystérieuses non établies par la science ou la religion, mais touchant plutôt aux secrets de la nature et à ce qui n’est pas visible : alchimie, astrologie, nécromancie, astrologie, médecine occulte, etc[1].

Par opposition aux sciences constituées par un ensemble cohérent de connaissances relatives à certaines catégories de faits, d’objets ou de phénomènes obéissant à des lois et/ou vérifiés par les méthodes expérimentales[2].

Ces communications sont-elles encadrées ?

L’interprofession a élaboré la Recommandation ARPP « Sciences occultes » dont la première version date d’octobre 1977.

Son préambule rappelle, dans un premier temps, les dispositions de l’article 2 du Code ICC, et notamment le principe selon lequel les communications doivent proscrire « toute exploitation des sentiments de peur » et « toute exploitation de la superstition ».

Ainsi, comme l’indique ensuite explicitement la Recommandation, ce type de publicité ne doit pas faire état de garanties de résultat, de promesses impossibles à tenir, d’aptitude à dominer le hasard, de magie ou sorcellerie, d’influence sur le libre arbitre ou les sentiments d’autrui, de compétences particulières dans des domaines nécessitant un titre ou des connaissances approfondies, de prédictions réalisées lorsqu’elles ne peuvent être prouvées par des documents publiés ou ayant fait l’objet d’une authentification par officier ministériel, d’horoscopes « personnels » lorsque ceux-ci ne font pas l’objet d’une étude individuelle.

Quelles pourraient être les promesses en ces temps si particuliers liés au Covid-19 ?

Les temps sont propices aux promesses qui ne seraient basées sur aucun élément fondé et vérifiable, aux arnaques vis-à-vis de produits qui permettraient de guérir du virus ou de s’en protéger sans qu’aucune certification n’ait été délivrée, aux croyances d’un soutien psychologique ou moral sans que la personne ne soit habilitée à le faire, etc.

Il convient donc de rester vigilants sur ces communications, alléchantes certes, et de faire appel à notre capacité d’analyse et de jugement, tout comme pour les infox (fake news) qui font mouche en ce moment.

Et bien sûr, restez prudent et positif !

 

[1] Définition issue de https://www.linternaute.fr/dictionnaire/fr/definition/sciences-occultes/

[2] Définition issue de https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/science/71467

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *