Crypto-monnaies : en l’absence de régulation, attention à leur publicité

Bitcoin, Litecoin, Peercoin, Namecoin, Ethereum.… Extrêmement diversifiées, les crypto-monnaies (aussi dénommées crypto-actifs) sont devenues un sujet de préoccupation majeur des Pouvoirs publics et des Autorités financières qui s’inquiètent du poids grandissant que prennent les monnaies virtuelles dans notre système financier. Dans l’attente d’une régulation qui sera internationale, l’ARPP recommande une grande vigilance sur les communications publicitaires de ces produits financiers risqués hautement spéculatifs.

De plus en plus populaires auprès des investisseurs et épargnants, les monnaies virtuelles font pourtant courir des risques de pertes élevés à leurs investisseurs. En effet, les évolutions de leurs cours sont sujettes à de fortes variations, bien plus importantes que celles impactant les marchés financiers classiques.

Il n’existe pour autant aucun dispositif de protection du consommateur, qui se trouve de plus en plus exposé à des publicités pour ces produits. Ces dernières ne sont d’ailleurs pas sans rappeler celles sur le trading ou, dans un autre domaine, celles vantant des produits supposés miraculeux pour la santé de leurs utilisateurs.

Certains sites interdisent déjà la publicité en faveur des crypto-monnaies

Certains supports d’investissements, indexés sur le cours des monnaies virtuelles, font l’objet d’une interdiction partielle de publicité. Il s’agit des produits financiers dits à risque tels que le Forex (Foreign Exchange), les CFD (contrat sur la différence) et les options binaires.

Les acteurs proposant ces contrats financiers, pour lesquels le risque de perte en capital peut excéder le capital investi, ne peuvent plus en faire la publicité sur Internet et, de manière générale, sur les services émis par voie électronique (Télévision, Radio).

Face au sort incertain des monnaies virtuelles, certaines plateformes ont préféré interdire de facto la publicité en faveur de ce type de produits. Facebook avait ouvert le bal en janvier dernier, pour finalement se rétracter. Google lui a emboîté le pas en mars, suivi de près par Twitter. A noter que Facebook applique ce principe de précaution sur l’ensemble de ses plateformes, et donc également sur Instagram et Audience Network, son réseau publicitaire.

L’ARPP alerte ses adhérents quant aux communications publicitaires relatives à ces produits

L’ARPP, dont l’objet statutaire historique est de « mener toutes actions en faveur d’une publicité loyale, véridique et saine », avait déjà actualisé les règles déontologiques relatives à la publicité des produits financiers réglementés en 2017. Cette actualisation avait abouti à l’adoption de trois recommandations distinctes : l’une sur les produits financiers traditionnels, l’autre relative aux produits financiers à risques, et la troisième sur les placements dits atypiques.

Fidèle à sa mission de protection du consommateur, l’ARPP invite les professionnels à la prudence et recommande la plus grande vigilance sur toute communication publicitaire sur les transactions liées aux crypto-monnaies, tant que celles-ci n’auront pas fait l’objet d’une régulation par les Pouvoirs publics, et reste, avant leur diffusion, à la disposition de ses adhérents pour les conseiller (https://www.arpp.pro).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *